Back from the dead !

Posted by on Déc 30, 2015

BANDEAU_ARTICLE1

Février 2010, Sep7ième Dimension venait d’accoucher non sans mal d’un glorieux numéro #11. Les abonnements étaient validés, les ventes se multipliaient et puis patatra de longs mois s’écoulèrent sans que votre cher torchon ne donne signe de vie.

Décembre 2015, celui-ci réapparait. Comme ça, sans prévenir. Presque 6 ans après la guerre comme on dit. Mais que s’est-t-il passé pendant ces années de silence ?

Sans verser dans le mélodrame, disons pour faire court qu’une situation personnelle merdique est venue entraver le bon déroulement des opérations. Une demi décennie plus tard, nous pouvons enfin reprendre le boulot. Dire que nous sommes tous remontés à bloc est un doux euphémisme !

Évidemment, 6 ans c’est long et les choses ont bien bougé depuis. A regarder ce nouveau site, vous comprendrez que l’on n’a pas vécu non plus en autarcie pendant tout ce temps. La boutique a fait peau neuve et il était temps !

Qu’est ce qui motive notre retour aujourd’hui au delà de la passion qui nous anime ?

Juste un constat amer qui veut que la presse spécialisée se soit standardisée. Hormis le génial Rockyrama quoi de neuf à se mettre sous la dent ? Rien. Nada. Que Dalle !

Bien sûr, les vieux de la vieille sont toujours là mais le feu sacré les a depuis longtemps abandonnés et la formule peine à se renouveler. Alors oui, qui sommes-nous pour ainsi critiquer notre charmante presse du haut de nos quarantaines de pages auto produites ? Évidemment pas grand chose mais à l’heure où écouter un certains type de musique ou regarder un certains type de films relève de plus en plus de l’acte militant dans notre beau pays, nous nous devons de remettre modestement les choses en ordre.

Le cinéma de genre a toujours été le fier représentant de la contestation sous toutes ces formes. C’est du cinéma punk, libertaire. Aujourd’hui il est de bon goût d’être cinéphile, de parler cinéma contestataire en société. Ce que ce cinéma a perdu en verve, il l’a gagné en visibilité lors des soirées mondaines.

Le cinéma de genre en 2015 rime avec blockbuster ou film auteurisant chiant à en mourir. Et tous les Carpenter, Hooper, Gordon, Yuzna… (la liste est longue) relégués aux oubliettes. Et la relève ? Pas forcément évidente.

Vous l’aurez compris l’idée reste évidemment la même qu’avant : traiter le genre avec respect et trouver cet angle d’approche qui a fait l’originalité de nos anciens numéros.

Alors prépare-toi ami lecteur, fais de la place sur ton étagère, épargne un peu de monnaie car tu sais quoi ?

Sep7ième Dimension revient…et il est pas content !